skip to Main Content

L'HISTORIQUE

Pour répondre aux besoins de construction des villes et villages, depuis le moyen-âge mais plus particulièrement aux 18ème et 19ème siècles, plusieurs secteurs du territoire girondin situés à proximité de la Garonne et de la Dordogne ont été les lieux d’une intense exploitation de pierre de taille provenant de la formation rocheuse des calcaires à Astéries (communément appelée la Pierre de Bordeaux). Cette formation datant d’il y a environ 30 millions d’années se situe majoritairement à quelques mètres voire dizaines de mètres sous la surface du sol. Son extraction se faisait le plus souvent par voie souterraine, donnant lieu au développement progressif de vastes carrières pouvant atteindre des superficies de plusieurs dizaines voire centaines d’hectares.

Aujourd’hui à l’abandon, les carrières souterraines occasionnent des risques d’effondrement auxquels sont exposés les habitants et les infrastructures des communes sous-cavées. A la suite de plusieurs effondrements survenus notamment dans les communes de Cénac et Camblanes-et-Ménac en 1970, le Conseil Général de la Gironde a mis en place en 1978, un service principalement dédié à l’inventaire et la cartographie des carrières souterraines : le Bureau des Carrières. Aujourd’hui, plus de 1400 carrières souterraines ont été inventoriées et partiellement cartographiées dans le département, et des centaines de cas d’effondrement répertoriés.

Lorsque la géomorphologie locale s’y prêtait les accès à certaines carrières étaient creusés directement à flanc de falaise sous la forme de cavages. Les falaises, qui présentent naturellement une configuration défavorable en termes de stabilité, sont fragilisées par la présence des cavages, ce qui occasionne localement une augmentation des risques d’éboulement.

Pour faire face au risque croissant d’effondrement des carrières et falaises et pour limiter la vulnérabilité des zones urbanisées, l’état a prescrit depuis le début des années 2000 l’élaboration de Plans de Prévention des Risques naturels prévisibles de Mouvements de Terrain (PPRMT) en Gironde.

Malgré l’important travail de cartographie réalisé par le Bureau des Carrières et les enquêtes et études commandées par le Département pour établir les PPRMT, la connaissance des carrières et falaises reste encore largement incomplète, ce qui conduit les communes sous-cavées à de sérieuses difficultés dans la gestion des risques et de l’urbanisme.

La CAFAP 33 (Carrières et Falaises Prévention 33), fondée à l’initiative de Jean-Luc Hoguet, avec le soutien du Département de la Gironde en décembre 2014, s’est inscrite dans la dynamique du plan national pour la prévention des risques liés aux effondrement de cavités souterraines de 2013 qui appelait au nécessaire développement de démarches concertées au plan local. Plusieurs associations d’habitants et une trentaine de communes girondines ont décidé de se regrouper afin d’être reconnues comme un acteur de la politique de prévention qu’elles appelaient de leur voeu.

Dans la continuité du travail de l’association CAFAP33 et afin de donner plus de poids aux municipalités dans la gestion des risques, 25 communes girondines se sont regroupées sous la forme d’un syndicat intercommunal officialisé par l’arrêté préfectoral du 14 décembre 2018 : Etudes et Prévention des Risques Carrières et Falaises 33 (EPRCF33). Le syndicat mutualise des moyens financiers pour effectuer des études de caractérisation des carrières et falaises et mener une politique globale de prévention et de gestion des risques associés.

Il s’agit du deuxième établissement de ce type créé sur le territoire français après Cavités 37 (http://cavites37.com/), un syndicat intercommunal du département d’Indre-et-Loire.